Je racontais plus tôt (ici) que fiston #1 était en voie d’obtenir un diagnostic de TDAH avec possiblement un haut potentiel intellectuel (et d’autres comorbidités à découvrir). Voici donc la suite.

Fiston #2

Fiston #2 est né avec la trisomie 21. Je dois avouer qu’au départ, ça a été un choc énorme. Je m’étais toujours dit que je serais incapable de vivre avec un enfant handicapé, que j’admirais les mamans qui pouvaient gérer ça, mais que ce n’était pas pour moi! Mon anxiété n’aidant pas à me sentir « capable », disons que j’ai été prise de court. Petit coquin, il nous avait caché son chromosome de plus jusqu’à la naissance et paf! « Surprise! Avoye maman! Tu vas voir que tu es capable!!! »

Après avoir braillé ma vie plusieurs fois, je me suis relevée les manches et j’ai commencé à faire des démarches pour l’aider du mieux que je pouvais. On a été pris en charge par un centre de réadaptation, la garderie est merveilleusement à l’affut de ses besoins et il y est suivi en ergothérapie et en orthophonie. Nous avons une perle d’éducatrice spécialisée qui vient le visiter à chaque semaine et nous faisons des suivis de routine auprès de spécialistes tant en ORL qu’en ophtalmologie, mais à part ces intervenants qui l’aident et nous supportent, sa santé est A1.

Notre coco a maintenant presque 4 ans et même si son développement n’est pas « typique », il est tellement étonnant et déterminé, il nous émerveille chez jour! Il a une ÉNORME personnalité et donne le sourire à tous (même quand il se fâche et se prend pour un dinosaure). Évidement, on doit mettre plusieurs choses en place pour lui aussi tout en lui laissant sa liberté. Et plus la stimulation, c’est un défi qu’il me fera plaisir de partager ici.

Fiston #3

Fiston #3 a 10 mois. Présentement, c’est un coco très actif, qui grimpe et court partout, il est à la limite de marcher seul sans appui (je n’ai pas hâte!), monte déjà les escaliers et, des 3, est celui qui dort le plus mal! J’ai tout essayé sauf les somnifères et l’alcool! IL NE DORT PAS!!! Mais bon, c’est mon bébé… Ça passe si vite qu’ils disent, faut que j’en profite.

Et maman?

Moi ben, je vis avec l’anxiété depuis toujours. J’ai eu des moments où ça a été mieux et d’autres qui ont moins bien été, comme pour tout. C’est sûr que la conciliation travail/famille m’a fait vivre beaucoup de stress. Je n’ai pas non plus eu des grossesses de tout repos. Le diagnostique de notre coco #2 a été tout un choc et le système m’en a fait voir de toutes les couleurs avant que je puisse enfin dire que son équipe était en place. Commencer le processus d’évaluation pour fiston #1 a aussi pris beaucoup d’énergie. À travers tout ça, j’ai ressenti le besoin d’aller consulter parce que je n’arrivais pas à me sentir suffisante.

J’ai vraiment aimé la psychothérapeute que je suis allée voir il y a quelques années. Elle m’a fait des suggestions qui me parlaient, pour aller mieux, sans prendre des pilules, mais je me suis rendu compte assez vite que de faire du mindfulness dans le bain pendant que les enfants braillent à côté, ça défi un peu le point. Donc j’ai récemment commencé à me médicamenter. Ça ne fait pas de miracles, mais ça fait quand même une différence énorme! Quand j’aurai un peu plus de temps pour moi, je reviendrai aux trucs de ma psy. Je vous dirai comment ça va!

C’est le portrait de ma famille non typique, mais c’est ça notre « normal » à nous.

Est-ce que je suis la seule à partager mon attention entre autant de besoins atypiques? Comment va votre famille « normale » à vous?