La résilience est un processus difficile. Il faut du temps pour cheminer et arriver à atteindre l'acceptation. Mon cheminement m'a amenée à bloguer et à rencontrer des gens magnifiques. Il m'a aussi poussée à créer des outils pour aider, parce que c'est en parlant qu'on brisera des barrières. #résilience #cheminement #outils #boutique #blogue #développementpersonnel
Blogue

Résilience: Briser les barrières pour cheminer enfin

Si je reviens un an en arrière, Atypiquement Parfaite n’était encore que dans mes pensées. Je touchais à peine à ce que le mot résilience voulait dire et je me lançais un défi incroyable, celui de vouloir partager au monde que c’était possible. Je voulais dire que c’était possible de vivre la résilience après avoir eu un enfant différent.

À ce moment-là, je ne savais pas encore où ce projet allait m’apporter, mais ce dont j’étais sûre, c’est que je voulais aider les autres. Alors j’ai ouvert toute une plateforme pour le dire au monde entier.

À travers mon aventure, j’ai fait de magnifiques découvertes, j’ai croisé des gens extraordinaires, mais je me suis surtout retrouvée.

Pourquoi c’est si important de parler de résilience?

Si je me reporte il y a 4 ans, presque 5, j’étais dans un moment sombre de ma vie où je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. Je n’avais aucune idée à ce moment-là ce que je pourrais un jour accepter le diagnostic qui venait de m’être annoncé. Pour moi, c’était simplement trop. TROP!

Il m’a fallu du temps pour simplement me sentir capable de parler avec d’autres parents vivant la même chose que moi sans me sentir intimidée. Mon anxiété prenait immédiatement le dessus dès que je pensais que je faisais maintenant partie de ces parents d’enfants différents. Je n’étais même pas encore prête à cheminer.

J’essayais très fort de mettre en place des moyens de me sentir bien. Je célébrais les victoires, mais j’étais encore dans le néant. Passant inlassablement de la colère au déni, je faisais du surplace dans mon cheminement, je n’avançais pas.

Un choc trop grand

Enceinte de mon dernier, j’ai revécu toute la grossesse de mon deuxième, mes craintes, mes peurs, mon impuissance. Je revivais continuellement l’annonce du diagnostic à l’hôpital. Je ne voulais plus accoucher. J’avais tant désiré cet enfant, mais je ne voulais pas revivre la décharge par le pédiatre alors je voulais que cet enfant reste au chaud en moi. Comme ça, je n’aurais pas à affronter l’incertitude et la douleur. C’est peut-être, même probablement, pour ça que mon accouchement a été si difficile, et les premiers mois aussi.

J’ai bien compris à ce moment-là que j’étais en plein stress post traumatique. C’était exactement ça.

Puis j’ai lu un texte de Caroline Boudet, qui exprimait si bien ce que j’avais vécu. Et j’ai enfin eu le courage d’écrire sur mon cheminement vers la résilience une première fois. Je me suis sentie libérée. Non pas que mon processus était terminé, mais enfin, je ne me sentais plus seule. J’avais la validation que de parler était la chose à faire.

Une rencontre marquante

Nous voici donc 1 an plus tard.

J’ai écrit un texte sur la continence sur le blogue de Mamanbooh pour lequel je collabore régulièrement maintenant et j’ai fait un tweet sur le sujet.

Et là, coup de théâtre, Caroline Boudet m’envoie un message. Elle répond à mon Tweet en me disant que sa fille vivait des défis elle aussi et de demander de l’aide. Ce signe du destin m’a replongée dans le texte qu’elle avait écrit et qui m’avait fait tant de bien il y a un an de ça.

J’étais si émue! Nous avons échangé suite à la publication. Nous avons aussi discuté en privé. J’étais incrédule, j’avais le sentiment de parler à une vedette. Bien sûr, elle n’est pas aussi connue que Beyoncé, mais il n’en reste pas moins que, pour moi, elle est une personne marquante dans mon cheminement.

Ma vision

C’est vraiment très important de parler de résilience. C’est important de parler du chemin, même le plus difficile. De s’ouvrir sur nos difficultés, ne serait-ce que pour nous-mêmes, pour s’en libérer. Et lorsqu’on est enfin capable de nommer ce qui nous mine, on peut commencer à s’envoler vers les autres.

Atypiquement Parfaite, c’est un blogue qui se veut une porte vers le monde. Une ouverture sur les difficultés d’être parents, sur la beauté de vivre avec la différence. Au fond, c’est un blogue sur la résilience.

Un lancement

Pour célébrer la première année du blogue, j’ai envie de proposer un outil, deux outils en fait, qui sont justement conçus pour cheminer dans la résilience.

Je les ai construits en ayant en tête la maman que j’étais avant. Pas celle que j’étais il y a presque 5 ans, je n’aurais pas été prête, mais celle que j’étais il y a 3 ans et demi disons. Celle qui ne se sentait pas à sa place et qui ne savait pas où aller. Celle qui avait entamé son processus de résilience, mais qui faisait du surplace.

Il y a donc un document qui s’intitule « L’enfant parfait et moi » pour parler de la résilience après un diagnostic permanent et l’autre s’intitule « Mon journal de résilience » et est plutôt général, s’adressant aux gens qui vivent un moment difficile, allant du deuil à la perte d’emploi et qui ont de la difficulté à reprendre les rênes.

La résilience est un processus difficile. Il faut du temps pour cheminer et arriver à atteindre l'acceptation. Mon cheminement m'a amenée à bloguer et à rencontrer des gens magnifiques. Il m'a aussi poussée à créer des outils pour aider, parce que c'est en parlant qu'on brisera des barrières. #résilience #cheminement #outils #boutique #blogue #développementpersonnel La résilience est un processus difficile. Il faut du temps pour cheminer et arriver à atteindre l'acceptation. Mon cheminement m'a amenée à bloguer et à rencontrer des gens magnifiques. Il m'a aussi poussée à créer des outils pour aider, parce que c'est en parlant qu'on brisera des barrières. #résilience #cheminement #outils #boutique #blogue #développementpersonnel

Pour accéder à la boutique, c’est par ici

J’espère qu’avec ces documents, d’autres personnes pourront trouver le moyen de progresser, d’aller à leur propre rencontre et de réaliser qu’ils ont en eux tout ce qu’il faut pour avancer. Je souhaite pouvoir aider les gens à s’ouvrir et respirer mieux.

C’est mon cheminement à moi! J’espère vous retrouver encore une fois dans 1 an, pour célébrer les 2 ans d’Atypiquement Parfaite et voir où j’en suis avec tout ça.

Plein de douceur à vous et merci d’être là!

La résilience est un processus difficile. Il faut du temps pour cheminer et arriver à atteindre l'acceptation. Mon cheminement m'a amenée à bloguer et à rencontrer des gens magnifiques. Il m'a aussi poussée à créer des outils pour aider, parce que c'est en parlant qu'on brisera des barrières. #résilience #cheminement #outils #boutique #blogue #développementpersonnel


Chaque plateforme a sa raison d’être

Atypiquement Parfaite est maintenant présente sur Facebook, Instagram, Pinterest et Tweeter.

Facebook :

Lieu d’échange par excellence, j’y publie mes billets, mes nouveautés, des tranches de vie, des questionnements du quotidien et des réflexions. Une belle communauté de près de 500 personnes à ce jour.

Instagram :

C’est un microblogue de développement personnel que j’alimente quotidiennement en parallèle du blogue régulier. Dans les stories, vous pouvez y voir des tranches de quotidien de la maman/entrepreneur/blogueuse anxieuse que je suis. Un peu plus de 1000 personnes y sont maintenant abonnées.

Pinterest :

J’y dépose des pins sur différents sujets qui m’intéressent. C’est un endroit où je regroupe des articles sur différents sujets en lien avec les besoins particuliers, l’anxiété, la stimulation, la planification, l’organisation, l’entreprenariat et le blogging. Environ 170 personnes sont abonnées à mes tableaux.

Twitter :

C’est le réseau que j’utilise le moins. J’y publie occasionnellement. La plupart du temps, c’est pour faire la promotion de mes billets et produits. J’avoue que je ne comprends pas tellement l’intérêt de cette plateforme. Ça transparait parce que seulement une trentaine de personnes me suivent sur celle-ci.

Bien sûr, il y a aussi l’infolettre d’Atypiquement Parfaite, qui propose du contenu exclusif et des outils gratuits pour se faire du bien à raison d’une fois par mois.

J’apprécie vraiment beaucoup les échanges que j’ai avec les gens ici et là, c’est ce qui me pousse à me renouveler et à me dépasser au quotidien.

Merci encore à vous tous d’être présents!

 

Karine Guy

Maman de trois jeunes garçon, Karine est la reine de la maison de sa famille atypique et parfaite. Écrire est pour elle un moyen de cheminer à travers la résilience et l’adaptation. Elle croit que de nommer les choses est un moyen puissant pour sensibiliser à la différence, mais aussi pour grandir.

«

»

Qu'en avez-vous pensé?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.