Famille Organisation Vie de maman

Routine du soir

Une des choses dont j’ai besoin quand je navigue solo, c’est d’avoir l’impression d’avoir le contrôle, ça me relaxe un peu l’anxiété. Pour me sentir en contrôle, il faut que j’aie une routine, ça me sécurise vraiment beaucoup. Je parlais ici de notre routine du matin avec les pictogrammes, mais nous en avons une aussi pour le soir.

La routine commence avec l’arrivée de l’autobus

Mon grand arrive de l’école en autobus vers 15h20. Je vais le chercher au coin de la rue et nous discutons de sa journée. En marchant vers la maison, je lui demande toujours quelle activité il a préféré dans sa journée et laquelle il a le moins aimé. Je lui demande d’élaborer, de me dire avec qui il a joué, s’il s’est chicané (il a une certaine difficulté dans ses contacts sociaux, j’en parlais un peu ici). Quand on arrive, c’est sa responsabilité de défaire son sac et sa boîte à lunch, de remettre ses ice pack au congélo et de me montrer ce qui reste de son repas. Il prend ensuite une collation pendant qu’on termine notre conversation. C’est pas mal notre seul temps où on peut vraiment discuter tous les deux. Le coco de 10 mois est habituellement assez coopératif à cette heure-là parce qu’il vient de se réveiller de sa sieste.

Je trouve ça particulièrement important qu’on échange comme ça sur sa journée et je prends vraiment le temps de lui poser beaucoup de questions pour qu’il élabore et qu’il sente que je suis 100% à son écoute. Je crois que ce lien de communication qu’on établit présentement sera essentiel dans le futur. Et c’est aussi pour cette raison, que même si je désapprouve certains comportements qu’il a à l’école, je fais le choix de ne pas le punir une deuxième fois à la maison si le suivi a déjà été fait par son enseignante. Par contre, on discute ensemble des options qu’il aurait pour que ça ne se reproduise pas et du comportement à privilégier si une situation semblable se produit. C’est beaucoup plus facile d’avoir cette discussion dès son retour de l’école quand on n’a pas d’autre distraction, que la télé est fermée et que les jeux ne sont pas sortis.

Puis on va chercher #2 à la garderie

Quand la conversation avec le plus grand est terminée, j’attache les deux coquins dans l’auto et on va chercher le fils du milieu à la garderie. C’est le bout fatigant, le bout à la garderie avec #1 et #2 qui s’excitent (la fatigue de fin de journée les rends INTENSES). Je suis chanceuse que #3 soit encore dans la coquille! Je n’ai pas vraiment hâte qu’il grandisse celui-là.

Le retour à la maison en auto va assez bien, les enfants aiment ça, surtout si le volume de la radio est assez fort. Si ça a vraiment été très épuisant pour moi à la garderie, je prends des « nouveaux chemins » sur le retour, comme ça on peut décompresser dans l’auto (et ça me sauve du temps de chicane et d’obstination à la maison! – Truc de paresseuse). Plus je me sens stressée par le chaos possible, plus le nouveau chemin est long… Je pense que c’est important qu’on ait une période tampon pour relaxer, de cette façon-là, les esprits sont plus calmes pour le reste de la routine et la gestion est plus facile.

En temps normal, on revient de la garderie vers 16h30 et on mange vers 17h. Ce petit 30 minutes-là, c’est un temps relax devant la télé, des programmes pour enfants. Les favoris sont souvent les Pyjamasques ou Mickey Mouse Club House ou même Dinotrux. Après cette petite pause, on se dirige vers la salle à diner.

Couper dans les transitions

À mesure que le temps a passé, j’ai trouvé des moyens pour couper le plus possible dans les temps de transition, c’est pendant ces moments-là que le bordel pogne. Pour moi, faire la cuisine, c’est un temps de transition beaucoup trop long!  Comment couper dans la préparation du repas en mangeant comme il faut? En préparant les trucs d’avance. Je prévois vous parler de ma technique de meal prep dans un prochain billet, mais essentiellement, le but, c’est d’avoir des repas tout prêts à réchauffer pour le souper, des tv diners maison.

Une fois le repas terminé, on range la table et on sort des jeux calmes. #2 aime vraiment les petites voitures et les casse-tête, c’est donc souvent un moment pour jouer à ça pour lui. #1 quant à lui, pratique son écriture, fait des problèmes de maths ou joue à des jeux de logique en solo pendant que #3 fini sa poignée de puffs en regardant ses frères. C’est mon moment à moi pour vider le lave-vaisselle et y déposer les items du souper, préparer le lunch du grand pour le lendemain (en lui demandant ce qu’il veut manger, tout en sachant qu’il va me dire la même chose qu’hier et la semaine passée). Ce qu’il y a de génial pendant ce temps-là, c’est qu’on approche 18h (ou même 18h15!!) et que le dodo est presque déjà arrivé!

Chez nous on a des couche-tôt, sauf le mini!

Mes deux ainés sont des bonhommes très actifs, c’est épuisant pour maman, mais c’est aussi synonyme de « besoin de sommeil » chez nous. C’est pour ça qu’ils sont habituellement tous les deux au lit avant 19h! (Juste avant District 31!) Vers 18h15, 18h30 c’est donc le ramassage des jeux calmes et la routine du dodo qui commence. Je ne donne pas de bain à tous les jours, surtout l’hiver et la routine dodo se limite à une petite histoire après le brossage de dents et la toilette pour le deuxième coquin (qui est en voie de devenir propre). Après ça, je peux le déposer dans son lit, dire « Bye, bye » au soleil sur le GroClock et m’occuper des deux autres. Ça n’a pas toujours été aussi facile, mais on apprécie encore plus avec tous les efforts qu’on y a mis. #1 de son côté, me demande un peu plus d’attention maintenant pour les dodos. Jusqu’à l’an passé, il acceptait assez bien de se coucher avec une petite histoire, mais maintenant, il préfère qu’on fasse une petite séance de relaxation. Je parlerai un peu plus en détail de tout ça dans un autre billet et de ce qui m’a amené à commencer ça.

Le cas de #3

Le petit dernier vient aussi avec ses particularités (qui n’en a pas?). Il est incapable de s’endormir seul. J’ai tout essayé les trucs qui ont fonctionné avec les autres et même plus, mais pour lui, ça n’a jamais marché. Donc une fois que les deux plus vieux sont dans leur lit, je vais étendre le mini dans le sien (qui est dans notre chambre) et je m’allonge sur mon lit. Si je sortais de la chambre à ce moment-là, il est absolument certain que j’aurais droit à une crise d’hystérie. Je dois donc prendre plusieurs minutes allongée près de lui (chacun dans notre lit) jusqu’à ce qu’il s’endorme. J’en profite pour faire de la lecture, écrire, fignoler des billets, ou toute autre activité qui peut être faite allongée et en silence. Et quand il dort enfin, je peux sortir de la chambre version ninja et profiter de ma soirée pour enregistrer une capsule vidéo 75 fois ou regarder un programme d’adulte à la télé.

Si je fais un résumé des choses qui aident chez nous pour rendre les soirées plus efficaces et calmes: temps 1 à 1 avec le grand à son arrivée de l’école, séquence de pictogrammes pour favoriser l’autonomie, tour d’auto pour calmer les esprits avant le souper si c’est nécessaire, petit 30 minutes de télé, tv diners maison, jeux calmes, relaxation et GroClock!

Vous autres? Quels sont vos meilleurs trucs pour rendre les soirées plus agréables?

Karine Guy

Maman de trois jeunes garçon, Karine est la reine de la maison de sa famille atypique et parfaite. Écrire est pour elle un moyen de cheminer à travers la résilience et l’adaptation. Elle croit que de nommer les choses est un moyen puissant pour sensibiliser à la différence, mais aussi pour grandir.

«

»

Qu'en avez-vous pensé?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.