Lâcher prise
Billet d'humeur

Réflexion: Plus cigale ou fourmi?

Non, ce n’est pas un quiz de personnalité. C’est plus une réflexion, un questionnement peut-être.

Il y a des jours où je me demande si je suis plus cigale ou fourmi. Je me juge, je m’auto-juge, je m’autocritique pis je me dis que je devrais en faire plus.

Tsé le « lâcher prise » quand il est passé, je devais être en train de courir après un de mes enfants ou quelque chose, je l’ai pas rencontré.

Fierté

Il y a des jours où je me trouve bonne pis que je me félicite. Je m’autocongratule. Je me dis « bravo »! Comme mon 4 ans qui se félicite quand il fait un bon coup. Je me donne une petite tape dans le dos. Pis 5 minutes après, je me dis que j’aurais pu faire mieux.

Habituellement, les journées où je suis le plus fière de moi, c’est parce que j’ai réussi à faire exactement ce qui me rend heureuse, moi. C’est parce que j’ai pu écrire un long billet, ou que j’ai trouvé la solution à un bug sur mon blogue ou que j’ai réussi à faire du rangement intensif dans un endroit qui n’est généralement pas apparent (exemple: l’intérieur d’un garde-robe).

Choisir ses combats

Regard extérieur

Je regarde l’état de la maison avec les jouets partout. Un côté de moi se dit que ça ne sert à rien de ranger tout ça quand 5 minutes après tout est à refaire et l’autre côté a envie de prendre le taureau par les cornes et vider la maison en entier. C’est rare que la deuxième partie gagne. Just saying.

Est-ce que ça fait de moi une procrastinatrice? Est-ce que ça signifie que j’ai abandonné ou si j’ai simplement choisi mon combat? Est-ce que je devrais passer plus de temps à faire le ménage? Est-ce que ça me rendrait plus zen de vivre dans une maison complètement rangée et aseptisée? Je ne le sais pas, je ne l’ai pas essayé.

J’ai tendance à préparer des grosses portions quand je prépare des repas. Je fais des choses à l’avance et on mange presque toujours du « réchauffé » quand mon chum est absent. Je trouve ça plus simple à gérer un truc qui passe 3 minutes au micro-onde que de passer 45 minutes à cuisiner. Des fois je me dis que je suis une mauvaise mère de ne pas cuisiner avec les enfants et d’autres fois, je me dis que je suis brillante parce que je peux jouer avec les enfants au lieu de passer 45 minutes à leur dire de faire attention de ne rien renverser.

Est-ce que je devrais faire plus souvent la cuisine avec les enfants? Est-ce que ça nous rendrait plus heureux? Est-ce que ça vaut vraiment la peine?

Autoperception

J’ai l’impression que je n’arrête jamais.

Est-ce parce que je n’investis pas mes énergies au bon endroit?

Je passe beaucoup de temps avec mes enfants. On joue, on fait du sport, on fait du bricolage, on fait des activités. Je passe même la nuit en « stand by » à savoir si mini va se réveiller, parce qu’il ne fait pas encore ses nuits. La fatigue s’accumule jusqu’à un point où une journée j’ai obsessivement besoin de décrocher.

Lire, écrire, écouter de la musique. Ce sont toutes des choses qui assainissent mon esprit et qui m’aident à me recentrer sur l’essentiel. Pourtant, je ne m’autorise ces moments que lorsque tout est terminé ailleurs ou lorsque je « pète au frette » et que je me retire pour éviter une crise de nerf. Ce n’est pas sain comme processus. Je le sais, mais je m’autojuge (voir plus haut). Et si je ne fais pas tout ce qui me semble nécessaire pour tout le monde, j’ai l’impression de ne pas « pouvoir » m’arrêter pour prendre du temps pour moi.

Est-ce que prendre du temps pour moi est du temps « perdu »?

Vraiment pas!

Suis-je cigale ou fourmi?

Lâcher prise

À partir de quel moment on peut dire: « ça, c’est pas grave! » et passer à d’autre chose? Lâcher prise?

Quand est-ce que le pas de ménage devient grave? À quel moment ça devient inquiétant?

À partir de quel moment la travailleuse sociale qui vient pour mon deuxième va me dire que je m’occupe trop de mes enfants ou de moi pis que je devrais épousseter à la place?

Sur quoi je devrais lâcher prise?

sanity

« Meme » ayant fait le tour du web plus d’une fois – Auteur inconnu

Pour moi, le lâcher prise est un concept vraiment trop abstrait. C’est sûrement pour ça que j’essaie vraiment de lire attentivement « The subtle art of not giving a f*ck » de Mark Manson. Je vous en reparlerai quand j’aurai fini.

Où est-ce que je veux en venir avec ça?

En fait, je me questionne. Est-ce que je devrais vraiment travailler mon lâcher prise? Est-ce que j’investis mon énergie à la bonne place? Suis-je trop cigale et pas assez fourmi? Où est la limite?

Et toi? Es-tu plus cigale ou fourmi? T’acceptes-tu comme tu es?

Billet d'humeur

Ce billet contient un lien d’affiliation, ce qui signifie qu’en cliquant sur le lien et en achetant le livre qui y est associé, je recevrai une petite compensation monétaire. De votre côté, vous encouragerez un libraire indépendant.

Karine Guy

Maman de trois jeunes garçon, Karine est la reine de la maison de sa famille atypique et parfaite. Écrire est pour elle un moyen de cheminer à travers la résilience et l’adaptation. Elle croit que de nommer les choses est un moyen puissant pour sensibiliser à la différence, mais aussi pour grandir.

«

»

Qu'en avez-vous pensé?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.