Comme parent, on peut rencontrer toutes sortes de spécialistes pour nos enfants. Marie-Philippe Rodrigue est une orthophoniste qui vaut la peine d'être connue. Elle propose une approche innovante en orthophonie pour répondre aux besoins de sa clientèle. Merci pour cette belle entrevue. #orthophonie #orthophoniste #besoinsparticuliers #dys #troublesdys #communication #langage #enfance #intervention #stratégies #entrevue #développement #langage
Petite douceur

Orthophoniste, Marie-Philippe l’innovatrice

Comme maman d’enfants différents, j’ai eu tendance, comme plusieurs autres, à devenir intervenante auprès de mes enfants. J’ai donc commencé à suivre plusieurs comptes de spécialistes sur les réseaux sociaux. Marie-Philippe, orthophoniste, est de celles-là.

Très présente sur Instagram, Marie-Philippe est fantastique. Elle partage beaucoup dans les stories. Sa vie, sa pratique, mais aussi des trucs d’organisation et de gestion de temps. Elle est vraiment une magnifique ressource à connaître.

J’ai eu envie de m’entretenir avec elle au sujet du rôle (ou des rôles) des orthophonistes auprès des enfants vivant des défis particuliers.

Chez-nous, les suivis avec une orthophoniste sont faits pour aider mon 5 ans à développer son langage et sa prononciation, mais aussi auprès de mon 7 ans, qui lui a plutôt des difficultés avec son autocontrôle, la verbalisation de ses pensées et la gestion de ses émotions. Ça représente tout un éventail de compétences que les orthophonistes peuvent développer et j’ai envie de voir avec Marie-Philippe ce qu’elle peut nous apprendre sur sa profession.

Marie-Philippe Rodrigue – Orthophoniste entrepreneure

D’abord, bonjour. Si je te demandais de te présenter en quelques mots, que pourrais-tu nous dire sur toi?

Je suis une orthophoniste graduée de l’Université Laval en 2015. Dès la fin de mon cours, j’ai démarré ma propre clinique privée dans la région de Québec et je compte, au sein de mon équipe, 5 super collègues orthophonistes et 1 collègue ergothérapeute. Nous avons toutes nos spécialités. En ce qui me concerne, je me concentre sur la clientèle d’âge scolaire, plus particulièrement chez les 10 ans et plus.

J’aime me présenter comme une orthophoniste-entrepreneure, car l’une des raisons pour lesquelles je me suis partie à mon compte, est pour avoir la liberté d’innover en matière de pratique orthophonique afin de mieux répondre aux besoins des familles d’aujourd’hui.

Ton parcours est différent de celui des orthophonistes « traditionnelles », que fais-tu concrètement?

En fait, pour moi il était important que la pratique de l’orthophonie puisse s’adapter à la réalité des familles qui est toujours changeante. Je trouvais, lors de mes stages en orthophonie, que le modèle de services actuels n’était pas approprié, ce qui m’a amenée à vivre plusieurs frustrations en constatant les trop nombreux trous de services.

J’ai donc cherché des façons de modifier mon offre de services, mais également de mettre de nouveaux types de services en place pour pouvoir aider le plus grand nombre de familles. Cela m’a notamment amenée à m’intéresser à la téléorthophonie et à développer ma pratique avec la technologie. J’ai donc pu offrir des services à des personnes vivant en région éloignée où il n’y a soit pas d’orthophoniste ou encore où les listes d’attente sont excessivement longues.

Je suis également cofondatrice et copropriétaire d’une agence de stimulation du langage qui compte, à ce jour, environ 150 agents tous qualifiés pour travailler de pair avec les orthophonistes, de manière à offrir une option plus accessible aux parents et à réduire les listes d’attente.

Je suis également très active sur les réseaux sociaux, car je trouve important de partager mon processus et mes réflexions sur les réseaux sociaux. La collaboration et la communication entre professionnels et intervenants est, selon moi, un aspect important qui nous permettra de faire évoluer l’orthophonie.

Vision et clientèle

D’emblée, quand on pense à l’orthophonie, on pense à « trouble de langage ». De ton côté, comment définis-tu le travail des orthophonistes? Quelles sont les types de défis qui peuvent être travaillés en orthophonie?

L’orthophonie est effectivement une profession qui touche un spectre plus large de « problématiques » que le trouble du langage comme on l’entend. En fait, les orthophonistes sont les professionnels des troubles de la communication.

La communication est présente sur pratiquement tous les plans de notre quotidien et sous différentes formes. J’aime nous considérer comme des « facilitatrices des relations humaines et sociales ».

En tant qu’orthophoniste, on peut intervenir autant pour des problématiques spécifiques telles que les difficultés de lecture et d’écriture (i.e. dyslexie/dysorthographie). Toutefois, on peut intervenir également pour des demandes plus générales qui touchent la communication. Dans le fond, tout ce qu’une personne considère comme lui nuisant dans ses échanges au quotidien. Par exemple, dernièrement, j’ai eu comme cliente une résidente en médecine, car elle n’arrivait pas à organiser son discours lorsqu’elle faisait un compte-rendu de ses cas cliniques à ses superviseurs.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par MariePhilippe Orthophoniste (@mp.orthophoniste) le

À partir de quel âge peut-on commencer à aller consulter en orthophonie? Pourquoi?

Il n’y a pas d’âge minimum pour consulter en orthophonie, mais généralement, avant 18 mois, on intervient davantage sous la forme de surveillance développementale. Autrement dit, on peut évaluer l’enfant, puis donner des stratégies aux parents pour stimuler le langage, puis on fait des suivis dits de contrôle à intervalles de quelques semaines voire mois. Il est rare qu’on propose d’emblée un suivi régulier à cet âge, mais cela dépend évidemment de la problématique pour laquelle on évalue le jeune.

Une des raisons pour lesquelles on n’intervient pas toujours de façon systématique, c’est notamment parce qu’on trouve une très grande variabilité d’un enfant à l’autre lorsqu’il est question de développement du langage chez les 0 à 3 ans.

On parle de plus en plus des troubles « dys », de la stimulation précoce pour les enfants vivant avec l’autisme, la trisomie 21 ou des troubles du développement. Quelle clientèle vises-tu principalement?

En effet, on met beaucoup l’accent sur la stimulation précoce, mais pour ma part, la clientèle avec laquelle j’aime le plus travailler est la clientèle d’âge scolaire. Toutefois, je travaille avec les plus vieux, soit à partir de 10 ans. On rencontre moins d’orthophonistes qui travaillent avec cette clientèle et les défis sont bien différents de ce à quoi l’on pense lorsqu’on pense à un enfant qui présente des difficultés langagières. J’aime particulièrement la relation que je peux établir avec eux et les discussions qu’on a. Comme j’ai un bac en psychologie, cela me rejoint beaucoup. J’aime également le fait que je travaille sur le plan des apprentissages en relation avec le langage, ce qui rejoint encore une fois mon background en psychologie.

Parmi mes clients, certains présentent un trouble développemental du langage, d’autres un trouble spécifique du langage écrit, d’autres encore présentent un TSA, etc. Plusieurs ont d’autres troubles associés également.

Tout en conservant la confidentialité de tes clients, si tu avais à nommer ton plus beau succès, ce serait quoi? Pourquoi?  Et ton plus grand défi, quel est-il?

J’en ai vécu plusieurs, mais à chaque fois qu’on donne mon nom comme référence à un parent qui présente des besoins, ça me rend fière. Toutefois, si j’avais à n’en nommer qu’un seul, je dirais que l’un de mes plus beaux succès a été la fois où une maman, qui est très impliquée et au courant de tout ce qui se fait en matière d’orthophonie et qui représentait pour moi en matière de connaissances et de compétences, m’a dit que j’étais la 10ème orthophoniste que ses enfants voyaient et que c’était la première fois qu’une orthophoniste connectait autant avec eux. Ça m’a émue et rendue fière d’apprendre cela, car bien qu’il soit important pour moi de mettre de l’avant mon expertise, c’est primordial de créer un bon lien avec chacun de mes clients et j’aime la relation que je bâtis avec eux.

Mon plus grand défi consiste à accepter que j’ai des limites. Parfois, j’aimerais pouvoir aider un jeune qui éprouve plusieurs difficultés, mais je ne peux le faire seule. L’école n’est malheureusement pas toujours disponible pour répondre à ses besoins et ça me fend toujours le cœur à chaque fois lorsque je vois mes clients et leurs parents découragés, mais ne pas avoir l’aide nécessaire pour des contraintes administratives ou par manque de ressources dans leur milieu scolaire.

À quoi ressemble une journée « typique » pour une orthophoniste?

Hum! C’est une excellente question, car chaque journée est différente. En général, une orthophoniste dans le secteur privé voit de 4 à 7 clients par jour. Les rencontres durent en moyenne 45 à 60 minutes. Certaines orthophonistes se gardent environ 15 minutes entre chaque rencontre pour remplir leurs dossiers.

Pour ma part, j’aime bien voir des clients l’un à la suite de l’autre sans pause, puis me garder une pause un peu plus longue à la fin de mon bloc pour faire mes suivis.

Devenir mère

Récemment, tu es devenue maman. Penses-tu que l’arrivée de ta fille va modifier ton approche avec tes clients? Ressens-tu que la maternité a changé ta perspective sur leurs défis?

Je dirais que oui, ne serait-ce que pour mon horaire. Ce sera un beau défi pour moi d’arrimer vie de famille et horaires atypiques (je travaille souvent de soir). Je comprends mieux aussi comment les défis que vivent mes clients peuvent atteindre leurs parents. J’ai l’impression que cela me permettra de mieux intervenir, car je comprends maintenant mieux ce qu’est la beauté d’être parent et de vouloir le meilleur pour son enfant.

Et si je te laissais le mot de la fin?

L’orthophonie est un domaine encore méconnu et les problématiques sur lesquelles on peut intervenir sont beaucoup plus variées que ce que la plupart des gens croient. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles je parle souvent de ce que peut faire l’orthophoniste pour les plus vieux, car comme je le dis toujours, ce n’est pas parce qu’un jeune franchit les portes du primaire ou du secondaire que ses difficultés restent derrière…


Vous pouvez suivre Marie-Philippe sur ses différents médias sociaux. C’est une référence fantastique à connaître.

J’ai parlé du travail des orthophonistes dans notre vie dans plusieurs billet. En voici deux:

Comme parent, on peut rencontrer toutes sortes de spécialistes pour nos enfants. Marie-Philippe Rodrigue est une orthophoniste qui vaut la peine d'être connue. Elle propose une approche innovante en orthophonie pour répondre aux besoins de sa clientèle. Merci pour cette belle entrevue. #orthophonie #orthophoniste #besoinsparticuliers #dys #troublesdys #communication #langage #enfance #intervention #stratégies #entrevue #développement #langage

Karine Guy

Maman de trois jeunes garçon, Karine est la reine de la maison de sa famille atypique et parfaite. Écrire est pour elle un moyen de cheminer à travers la résilience et l’adaptation. Elle croit que de nommer les choses est un moyen puissant pour sensibiliser à la différence, mais aussi pour grandir.

«

»

Qu'en avez-vous pensé?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.