Famille Organisation

Sac à couches: S’organiser sans s’arracher les cheveux

Être maman, ça implique devoir penser à tout. À TOUT!!! Certains appelleront ça de la charge mentale. Moi, j’appelle ça la vie, tout simplement.

Peu importe la façon d’appeler ça, il faut quand même le faire, penser!

Comme je ne suis pas très bonne là-dedans (en fait, je pense trop, et ça me fait oublier des choses… mais ça c’est un autre problème), j’ai dû me trouver des trucs. Un de ceux-là, c’est d’avoir un méga sac à couches! Mon chum dirait que je suis une « overpacker », mais moi ça me sécurise, donc je continue. Et de toute façon, l’homme n’avait rien à dire parce que c’est moi qui allait l’utiliser. J’essaie juste d’organiser mes choses pour que ce soit facile à trouver.

Trouver le sac à couches qui convient

À mon premier, j’ai reçu un sac à couches en cadeau. Il était super pratique, avec un enfant. Et là, le deuxième est arrivé. Comme les deux cocos avaient 21 mois d’écart, je me retrouvais avec deux enfants aux couches, j’avais clairement besoin d’un nouvel outil d’organisation. Je suis allée sur le web et j’ai chercher pour trouver LE plus gros sac à couches que je pouvais trouver. Je voulais aussi quelque chose de qualité pour ne pas avoir à en acheter avant un bon bout de temps.

Après mon deuxième, j’avais une foule de rendez-vous auxquels je devais me rendre solo avec les enfants. J’étais plus souvent sur la route et à des rencontres que j’étais à la maison, il me fallait quelque chose qui convenait à ce rythme et c’est aussi pour ça que j’avais besoin de quelque chose de durable.

Mon choix s’est arrêté sur un sac JuJuBe. J’ai pris de modèle XL, le Be Prepared. C’est à peu près le format d’un carry on (j’exagère à peine). Ce que j’aime de cette marque: les choix de couleurs et designs qui sont magnifiques et la durabilité. J’ai très rarement vu de mauvais commentaires sur le web au sujet de ces sacs parce qu’on en a vraiment pour notre argent quand on en achète un. Je l’ai maintenant depuis 4 ans et il a à peine un peu d’usure dans les coins. Je l’ai trainé partout, maltraité, souvent trop rempli et pourtant, il semble presque neuf.

Organiser tout ça

Pour que ce soit plus facile de me retrouver, j’ai décidé de séparer les items semblables dans des étuis. J’en avais parlé un peu ici. Les couches du bébé sont dans un étui, les couches du 4 ans dans un autre, les serviettes humides aussi. De cette façon-là, c’est facile de fouiller dans le sac à couches sans que ça devienne pêle-mêle. C’est aussi plus facile à gérer quand il manque quelque chose ou quand on veut faire de la place pour autre chose.

Les essentiels pour mon sac à couches

Il y a des items sans lesquels je ne sors pas. À quoi bon avoir un sac à couches XL si c’est pour partir sans ça?

Couches, serviettes humides et compagnie

À part les évidentes couches et serviettes humides, je m’assure de toujours avoir un tapis à langer parce que les tables à langer des restaurants et centres commerciaux me dégoutent vraiment. Celles des hôpitaux et des cliniques ne sont pas mieux non plus. Je traine toujours un gel antiseptique aussi. Je ne sais pas qui conçoit les toilettes publiques avec tables à langer, mais ouf! Il y a du travail à faire des fois dans le positionnement des tables à langer par rapport aux lavabos! (Si vous étudiez en design présentement ou en architecture, il y a peut-être un créneau là…)

Je m’assure de toujours avoir des vêtements de rechange pour les enfants qui m’accompagnent, mais aussi un chandail pour moi. Comme pour les couches, j’aime les ranger dans des étuis style pochettes de voyage. Ça évite que les bas de bébé se perdent dans le fond du sac à couches pendant le transport.

Une alèse? Oui!

J’ai aussi une alèse jetable en tout temps dans mon sac. À quoi ça sert? C’est au cas où il y aurait un « accident » dans l’auto ou la poussette, des débordements de couche, du vomi ou trucs du genre. On n’est pas toujours dans un endroit où s’est possible de laver le siège ou la poussette et même si on lave, ça reste humide un certain temps. Une fois l’enfant dans des vêtements propres, on ne veut pas l’asseoir dans un siège souillé ou mouillé, l’alèse permet donc de faire une barrière entre les deux. Comme c’est jetable, ça fait ça de moins à laver une fois à la maison. Et elles sont beaucoup plus légères et compactes que les versions réutilisables.

Collations non périssables

J’essaie d’avoir des collations non périssables dans mon sac aussi (des en cas). De cette façon-là, si un trajet en voiture est plus long que prévu, si un rendez-vous s’étire, si un enfant a vraiment un creux dans l’estomac à un moment imprévu au départ ou simplement parce que j’ai oublié de préparer une collation digne de ce nom, au moins, j’ai quelque chose sous la main. Mes favoris: barres tendres, sachets de purées de fruits et/ou légumes, des barres de fruits style Sunrype, un contenant de céréales sèches (style Cheerios) et une bouteille d’eau de source.

Les extras en cas de « sorties spéciales »

J’ai souvent à aller à la clinique, à l’hôpital ou dans des activités avec plus d’un enfant. Le temps d’attente est souvent difficile à supporter pour les minis (même les plus grands), je m’assure donc d’ajouter ce qu’il faut pour aider à passer le temps plus calmement.

Collations fraiches

Comme je disais plus tôt, j’essaie de toujours avoir des collations non périssables dans le sac. À ça, j’ajoute des trucs périssables ou meilleurs froids quand on fait une sortie et que je prévois que ça va être long: légumes coupés, fromage en dés ou Ficello, jus en boite, sandwiches, fruits frais. N’importe quoi qui ne prends pas trop de temps à préparer et qui se mange bien dans une salle d’attente ou sur la route.

Activités

J’ai aussi des ziplocs déjà préparés à la maison avec des activités simples que je traine avec nous quand je sens qu’on va en avoir besoin. Petits cahiers d’activité avec crayon plomb et crayons de cire, blocs Duplo, petites autos, marionnette. Ça permet de déjouer un peu l’attente en occupant les enfants avec des choses pas trop compliquées et faciles à ranger quand notre tour vient.

Je traine aussi un porte-bébé quand je sens que le mini pourrait avoir besoin d’être tenu de façon prolongée. En organisant bien les items dans des étuis comme je l’ai mentionné plus tôt, il y a largement l’espace pour insérer mon Tula dans le sac avec le reste.

J’espère que ces petites idées vous seront utiles dans vos déplacements futurs. Vous pouvez télécharger la check list de mes items favoris en cliquant ici.

Avez-vous des incontournables que je n’ai pas nommés? Votre sac à couches est-il plutôt organisé ou plutôt pêle-mêle?

Karine Guy

Maman de trois jeunes garçon, Karine est la reine de la maison de sa famille atypique et parfaite. Écrire est pour elle un moyen de cheminer à travers la résilience et l’adaptation. Elle croit que de nommer les choses est un moyen puissant pour sensibiliser à la différence, mais aussi pour grandir.

«

»

Qu'en avez-vous pensé?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.