été
Famille

8 raisons pour lesquelles mon fils n’ira pas au camp de vacances

Je ne sais pas pour vous, mais sur les groupes de mamans locaux que je fréquente, ça a commencé en janvier à se questionner sur les camps. Qui planifie déjà ses vacances en janvier (j’ai le goût de pleurer juste d’y penser)? Où est-ce que je devrais inscrire ma fille de 10 ans qui aime le trombone à coulisse? Est-ce que vous pouvez recommander un camps pour jeunes sportifs de 73 mois? Est-ce que je pourrais inscrire ma licorne à un camp spatial? Honnêtement, je me sentais pas du tout concernée parce que c’était déjà décidé, mon fils n’irait pas au camp d’été. Zéro, niet!

J’ai des tonnes de raisons, mais j’ai essayé de faire un condensé de tout ce qui fait que les camps, c’est pas pour notre famille. Voici mes 8 meilleures!

1- Je suis à la maison

Je suis en prolongation de congé maternité/vacances estivales. Quand je travaille hors de la maison, je suis enseignante. J’aurais eu des vacances de toute façon. Mais cette année, je n’ai même pas besoin de période de déconnexion intense, je me sens presque zen au quotidien.

Je suis disponible pour passer du temps avec mon grand. Ça n’arrive pas souvent qu’on soit juste tous les deux. Je pense que ça va nous permettre de mieux nous connaitre, de s’amuser ensemble. Ça va être différent que d’être intensément dans une routine autobus/école/dodo. On va pouvoir déconnecter de ça.

temps

2- C’est les vacances

Mon fils a eu peu ou pas de vacances dans les dernières années. J’avais déjà parlé du fait que j’avais considéré la garderie comme un lieu essentiel pour notre famille, pour offrir une stabilité aux enfants.

Je pense qu’il a vraiment besoin de décrocher pour se reconnecter avec lui-même. Ça va lui faire du bien de vivre à un rythme qui n’est pas dicté par la routine. En fait, ça va faire du bien à tout le monde!

3- Parce que j’ai décidé de prendre la vie un jour à la fois et que je teste le slowlife cet été

Tsé mettons qu’un matin on a le goût d’aller au zoo, ben on ira au zoo. Pis si l’autre matin on préfère aller à la piscine pour voir les amis, c’est ça qu’on fera. Pis s’il pleut et qu’on préfère passer la journée en pyjama ou aller à la bibliothèque, so be it. On se stresse à l’année avec l’autobus, la garderie, la routine, les rendez-vous, la stimulation, est-ce qu’on peut au moins prendre l’été pour vivre tranquillement?

Juste l’idée de courir le matin pour aller le reconduire dans un camp à plusieurs kilomètres de la maison avec une boite à lunch pis retourner le chercher en fin de journée pour laver la boite à lunch pour recommencer le lendemain. Yark!

Oui, ça ressemble beaucoup au numéro 2, mais c’est bien important de s’en rappeler. VA-CAN-CES!

4- Il a encore besoin d’une sieste d’après-midi

Ça peut sembler particulier comme raison, mais mon presque 6 ans a le cerveau en ébullition! Ça n’arrête pas comme on veut cette machine-là! La nuit, il dort souvent très mal.

Je vous avais peut-être déjà mentionné que j’avais dû retirer tous les livres de sa chambre pour aider son sommeil. Il ne dormait pas, il lisait trop. Ses réveils nocturnes sont nombreux, je l’aide comme je peux.

La sieste fait vraiment une énorme différence sur son comportement en fin de journée! C’est encore essentiel! Je rends donc un service à toute la famille en évitant le camp.

Piscine

5- Nous allons nous inscrire à la piscine communautaire

Dans mon patelin, il y a des piscines communautaires où on doit s’inscrire. L’abonnement pour la saison estivale coûte un certain montant pour toute la famille et on peut y aller autant qu’on veut. Dans le forfait, il y a des cours de natation qui sont inclus et aussi des activités pour les membres. Plusieurs voisins s’y retrouvent pour passer du bon temps en famille.

Autour d’ici, plusieurs mamans sont à la maison pendant l’été et quand elles n’y sont pas, elles ont une gardienne pour y amener les enfants. Plusieurs jeunes de l’école, qui prennent le même autobus que mon fils, se retrouveront aussi à la piscine communautaire, ce qui devrait être amusant pour lui. Je sais même avec certitude qu’un de ses bons amis de la classe sera là tout l’été. Mon coco sera surement excité quand il apprendra qu’on passera beaucoup de temps avec lui.

6- Je l’ai déjà inscrit à une « formation » sur l’auto-régulation

J’ai discuté avec une orthophoniste pour avoir des trucs pour aider mon coco à développer son autocontrôle. Elle montera donc un cours basé sur un curriculum intitulé The zones of regulation par Leah M. Kuypers. Ça semble très intéressant. Je vais sûrement en reparler dans un billet.

Ce cours occupera une demie-journée par semaine pendant 8 semaines. Nous devrons construire des outils et travailler certains trucs à la maison. Je pense que dans un contexte de vacances, on devrait faire ça à tête reposée. Passer la soirée à pratiquer des exercices après une journée épuisante au camp de jour me semble plutôt contre productif.

6- Parce que les camps intéressants sont vraiment très chers

Mon fils a besoin de beaucoup de stimulation. Quand il n’est pas assez stimulé, il s’ennuie et fait des niaiseries. N’est-ce pas le cas de tous les enfants? Hey, oui! Sauf que le niveau de stimulation dont mon fils a besoin est un peu (pas mal) supérieur à la moyenne. Comme pour la plupart des enfants à haut potentiel intellectuel en fait, même si ça peut avoir l’air étonnant.

J’ai vu des camps scientifiques qui avaient l’air très intéressants, mais ça coûtait presque la même chose que d’aller passer une semaine dans le sud. J’ai trouvé que c’était un peu excessif. Comme ma formation est en enseignement des sciences, je devrais être capable de trouver une couple de trucs le fun à faire à la maison.

crème glacée

8- Parce qu’il y a plein d’endroits magnifiques à visiter avec un enfant

Depuis longtemps, je me dis qu’on devrait aller visiter tel ou tel musée, voir tel ou tel centre d’intérêt avec mon coco. Je prépare une longue liste des choses à faire.

Il veut tellement prendre le métro! J’envisage donc explorer la grande ville par le train souterrain si possible et en profiter pour découvrir de nouveaux endroits avec mon grand (et le mini qui nous suivra souvent). Ça va nous permettre de faire une pierre deux coups!

En conclusion

Dans mon été de rêve, il n’y aurait jamais de chicane, on aurait le temps de s’assoir dans le hamac en silence dehors à écouter l’herbe pousser. Ça n’arrivera pas comme ça, je le sais. Mon fils parle sans arrêt, il a appris à respirer en même temps, il ne fait même plus de pauses pour ça. Quand je serai trop fatiguée de l’entendre parler, je vais sûrement trouver une solution.

J’y pense! Il sait déjà qu’à la bibliothèque c’est silence. On va peut-être passer beaucoup de temps là-bas finalement…

Je me fais une liste de choses à voir, d’activités de stimulation qui pourrait l’intéresser. Je prépare des chasses aux trésors pour le zoo et les musées que j’aimerais visiter et un bocal rempli de trucs à faire si on s’ennuie. Oui, oui! C’est tout le contraire du slowlife! Pour mon cerveau anxieux, avoir un plan A, B et C n’est pas suffisant.

Pis honnêtement, je fais ça tranquillement là, pas de stress, c’est les vacances! VA-CAN-CES!

Vous autres? Êtes-vous stressés avec les camps de vacances? Faites-vous le choix d’opter pour autre chose? Est-ce que votre été est déjà planifié au quart de tour?

Karine Guy

Maman de trois jeunes garçon, Karine est la reine de la maison de sa famille atypique et parfaite. Écrire est pour elle un moyen de cheminer à travers la résilience et l’adaptation. Elle croit que de nommer les choses est un moyen puissant pour sensibiliser à la différence, mais aussi pour grandir.

«

»

Qu'en avez-vous pensé?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.